dimanche 30 août 2015

Constellations familiales : danger ou pas ?

Quand on chercher sur internet "Constellation(s) familiale(s)" on nous propose : secte, danger, arnaque, magie...

J'en ai débattu avec Michelle Duhamel, praticienne en Constellation Familiale depuis plus de 30 ans, à la suite d'un stage de 3 jours sur le sujet.

Qu'est-ce que les constellations familiales ?

La constellation familiale (ou méthode systémique) est dérivée de la psycho-généalogie. Elle s'appuie sur le principe que nous héritons des gènes de nos ancêtres, mais aussi des éventuels traumatismes subis et souvent cachés et non-résolus de ceux-ci. C'est pour cela que nous développerions certaines pathologies chroniques ou graves, ou que nous mettrions en place des schémas de ratages répétés.
Le praticien va simuler la lignée d'une personne et lui permettre de visualiser la situation d'un point de vue extérieur, se détachant ainsi de l'émotion trop forte et de son point de vue forcément biaisé par le poids de l'héritage émotionnel. De cette manière, le cerveau va comprendre ce qu'il s'est passé et le praticien va chercher littéralement l'équilibre du corps (bien campé sur ses deux pieds, bien dans ses pompes) afin de confirmer que le traumatisme est intégré et reconnu.

Comment fonctionne la constellation familiale en pratique ?

Une personne qui veut poser sa constellation va devoir faire des recherches généalogiques au-moins jusqu'aux arrière-grand-parents. Elle va noter particulièrement les naissances, avortements, fausse-couches, morts violentes, suicides, abus physiques, faits de guerre, déracinements, les éventuels mariages inter-religieux, les ancêtres ayant eu des difficultés similaires aux siennes (entreprises qui ferment, banqueroute, coupures familiales, impossibilité de trouver un partenaire...) et tout autre événement connu ou fortement supposé ayant pu créer un traumatisme psychologique ou émotionnel.

La personne ayant donné ces informations et éventuellement un sujet qu'elle voudrait travailler, le praticien va lui demander de choisir dans le groupe une personne qui incarnera son père, une autre pour sa mère, et une dernière pour elle-même.
Elle va ensuite investir les personnages ayant donné leur accord, en posant les mains sur leurs épaules et en pensant au sujet et à la personne qu'ils représentent, puis en allant les placer : certains mettront les parents face à face et l'enfant au milieu, d'autres côte à côte, à des distances variables.
Puis la personne va s'asseoir de manière à pouvoir voir le maximum de visages parmi les personnages.

Le praticien va ensuite demander aux personnages quels sont leurs ressentis physiques : chaud, froid, douleur, ancrage... et faire bouger les personnages les uns par rapport aux autres, faisant éventuellement entrer les grand-parents de l'un ou l'autre jusqu'à trouver la source des ressentis négatifs. Le praticien pourra demander de prononcer certaines phrases ("Je suis content de te voir", "J'ai beaucoup souffert de...", "Je reprends ce fardeau"...) qui vont influer sur le ressenti de certains personnages.

Quand la source est trouvée et le souci réglé, la personne va reprendre son rôle et sa place dans la lignée, littéralement.

Ce qui peut arriver durant une constellation familiale :

Durant ces trois jours, j'ai vu une personne présenter les symptômes physiques d'une crise d'épilepsie tout en ayant le regard et le dialogue clair car c'est l'ancêtre qui vivait ceci et non elle-même. J'ai vu des crises de larmes, de la colère, des chutes rattrapées, des sourires... J'ai ressenti le poids d'un fardeau : nous passions une valise le symbolisant, qui devait faire 5kg ; mes genoux ont cédé quand on me l'a donnée, comme si je portais 2 packs d'eau à une main. J'ai eu envie de vomir ou encore l'impression d'être transpercée ou plongée dans de l'eau glacée. J'ai aussi ressenti de grands soulagements et une véritable libération.
Tout ceci en tant que personnage ; je vous parlerai de mon cas plus bas.

Le danger des constellations familiales

Une chose est sûre : ce n'est pas anodin. La personne qui pose sa constellation se dévoile à un groupe d'une dizaine de personnes le plus souvent. Elle s'expose aussi à voir remonter des secrets de famille à travers la bouche d'inconnus (s'il y a des clairvoyants dans le groupe, les questions trouvent rapidement leur réponse), comme par exemple des fausse-couches, ou encore des adoptions inter-familiales (la tante qui élève le neveu car elle n'a pas d'enfant et l'autre en a trop...) pas toujours volontaires, voire des abus sexuels.
Si vous étiez chez un psy et que vous découvriez ceci, il ne vous lâcherait pas dans la nature comme ça (si c'est un bon psy). Le praticien va devoir faire attention à ne pas chambouler la personne en adressant un problème à la fois et en sachant où s'arrêter.
On pourrait techniquement travailler sur la même personne pendant une journée, en remontant la lignée paternelle ou maternelle sur 30 générations (même si l'information n'est pas disponible, le ressenti est universel et indépendant des contraintes temporelles). Il se pourrait cependant que cette personne devienne folle, perde la notion de son identité, comme un relooking complet avec de la chirurgie esthétique et tout à coup vous ressemblez à Mickeal Jackson avec les cheveux roses et la peau verte : vous ne vous reconnaissez plus, et c'est normal, car toute votre vie s'est construite autour de cet héritage traumatique.

Un stage de constellations familiales équilibré, presque idéal

C'était ma première session. J'ai choisi (ou plutôt, je suis tombée par hasard) sur un atelier complété par de l'art-thérapie (je n'en avais jamais fait avant) organisé par une personne en qui j'ai toute confiance, et dans un lieu propice à ce type de travail.
Le groupe se composait de 80% de personnes dites sensibles (médium, clairvoyant, empathique...) et nous avions 3 personnes présentes spécifiquement pour soutenir les participants en cas de libération émotionnelle forte (qui engendre des réactions physiques parfois violentes, s'apparentant à l'hystérie si elle n'est pas accompagnée). Autant dire que ça a dépoté !

Quand j'ai posé ma constellation, j'avais l'intuition de la source du problème (n'ayant jamais travaillé sur cette branche de la famille). Ce ne fut pas le cas de tout le monde, et certains ont eu des surprises !
Je n'ai pas ressenti grand-chose en voyant les personnages évoluer comme dans une pièce de théâtre que l'on met en scène, mais je suis comme ça en général. Quand j'ai repris mon rôle, j'ai eu l'impression de récupérer les informations vécues par mon "double" et j'ai senti mon centre de gravité se déplacer.
J'avais une phrase à dire à mes parents, mais je n'en étais pas capable, alors la praticienne a demandé à des femmes forte de la lignée de m'épauler. J'ai pu dire cette phrase et j'ai senti un poids se lever. J'ai pleuré violemment, jusqu'à avoir du mal à reprendre mon souffle. Et puis c'est passé.

Il faut 3 mois pour avoir l'effet intégral de cette libération, mais je sens déjà une différence dans la façon dont je vois la vie. Est-ce purement psychologique ? Mon cerveau doute qu'il suffise à mon grand-père décédé d'avouer à son fils qu'il n'a pas su gérer quand il avait 5 ans et qu'il est désolé pour que ma vie change.

Choisir un stage de constellations / un praticien

Renseignez-vous. Regardez les retours sur les éventuels sites. Appelez pour voir si vous accrochez.
De toute manière, si ce stage n'est pas pour vous, vous ne pourrez pas y aller (2 annulations la semaine précédente pour celui où j'étais). J'ai une confiance totale en la praticienne citée plus haut.
L'art-thérapie est un bon moyen de revenir sur Terre après un tel stage, et j'aurais peut-être eu du mal à me (re)poser si je n'avais pas eu cette opportunité.
Pour plus de détails, allez voir le site Reliance Sacrée.

samedi 1 août 2015

[Parabole] Le resto des relations amoureuses

Vous êtes au restaurant. Vous voulez un dessert. Vous avez déjà passé des heures à regarder le menu. Et là, le serveur vous ignore.
Que lui avez-vous fait ? Il ne vous aime  pas ? Vous lui rappelez son ex ou sa mère ?

Faut-il le harceler ? Il pourrait s'énerver, cracher dans votre dessert...
Faut-il attendre qu'il vous remarque ? Avec un grand sourire ou en pleurant ?
Encore des heures sont passées à vous demander quoi faire. Vous avez vraiment faim...

Ou alors il est sourd. Ou misogyne. Ou vous êtes moche. De toute façon, c'est forcément de votre faute. Vous avez l'air trop pauvre pour être dans un resto pareil : il sait qu'il n'aura pas de pourboire avec vous... même si vous voulez lui en donner un. Ou alors il est gay, donc vous n'êtes pas son type : c'est ENCORE votre faute !!!

L'autre solution ? Partir, le ventre vide. Mais au moins, vous ne l'aurez pas énervé, il n'aura pas craché dans votre dessert, vous n'aurez pas eu l'air nouille en souriant ou pleurant devant tout le monde...


Voici ce que j'ai expliqué à plusieurs personnes qui n'appliquaient par le premier accord Toltèque : ne pas faire de suppositions.
Ces personnes passent souvent tellement de temps à s'inquiéter qu'elles en oublient de vivre. Pour beaucoup, la personne convoitée est leur SEULE ET UNIQUE chance de bonheur AU MONDE.
Mais tout ça, c'est dans la tête...


Si vous étiez dans un restaurant, un vrai, comment réagiriez-vous dans cette situation ?
Vous pourriez vous énerver (un peu)... mais tout le monde sait que pour être aimé il faut être gentil.
Vous pourriez vous lever et aller voir le serveur... mais tout le monde sait qu'il faut attendre sagement, ne pas prendre d'initiative, parce que votre partenaire, votre âme-soeur sait lire dans vos pensées.
Vous pourriez aussi vous lever et partir prendre ce dessert autre-part (l'Univers vous a envoyé le signe que ce dessert n'était pas pour vous). Il se peut même que le serveur vous rattrape, s'excuse, vous explique qu'il était très nerveux parce qu'il vous trouve magnifique et n'osait pas s'approcher. Vous aurez son numéro et vous irez éventuellement prendre un verre... mais tout le monde sait qu'on n'a qu'une seule chance à l'amour, qu'il n'y a qu'une seule personne sur Terre capable de vous aimer, et que si vous vous loupez vous allez mourir seule et frustrée.

Etes-vous vraiment comme tout le monde ?

lundi 27 juillet 2015

Loi de l'Attraction : comment ne pas penser au résultat

"Je pense toujours à la façon dont les choses vont se réaliser. Je n'arrive pas à me concentrer sur autre chose. Comment faire ?"

Le premier principe, quand on utilise la Loi de l'Attraction, c'est de ne visualiser QUE le résultat. Si l'on commence à décider des moyens, l'Univers va être bridé dans sa capacité à répondre à vos envies.
Ceci, c'est la version enseignée dans The Secret. C'est utiliser la Loi de l'Attraction avec le cerveau masculin.

Je vous propose d'utiliser la méthode qui laissera le plus de liberté à l'Univers : manifestation avec le cerveau féminin.
L'idée principale est d'arrêter d'imaginer le résultat. Au lieu de ça, imaginez les sentiments que vous allez ressentir à la vue de ce résultat.

Les émotions, les ressentis, sont en vous. Ils sont votre création propre et ne sont que la réponse de votre Être à un fait que l'Univers vous présente. Un peu comme le Jeopardy où le but est de deviner la question dont la réponse vous est donnée, l'Univers va jouer avec vous, et vous proposer le fait générateur adapté à votre réponse émotionnelle.

Prenons un exemple :
Selon la méthode masculine, vous allez imaginer, visualiser une plage de sable blanc, un cocktail, des billets d'avion... quel mal de crâne sur la fin !
Selon la méthode féminine, vous allez vous concentrer sur le calme, l'impression de liberté. Avec cette méthode, vous risquez de vous retrouver autre-part, que ce soit en Bretagne, ou dans un super spa du centre-ville. Le résultat est là : vous sentir Bien. Le moyen ? Une belle blague (quel farceur, cet Univers !).


Entre les deux, je vous propose la méthode mixte, qui va ajouter aux sentiments des sensations : calme, liberté, le frottement du sable chaud sous vos pieds, l'odeur du poisson grillé ou du tiaré, le goût de la coco fraîche...
Dans tous les cas, je vous conseille de fermer les yeux : la vue pourra plus facilement vous limiter, parce que vous allez y mettre des noms, des paysages de photos que vous avez vues... Les autres sens sont moins limitatifs : le sable est chaud de la même manière peu importe sa couleur, la coco pousse en plein d'endroits, la mer est mouillée peu importe la couleur...

Avec cette méthode, 100% cerveau féminin (ou partiellement), il vous sera plus facile d'y croire car vous avez déjà moins de risques de "rater" (en allant finalement vers la "mauvaise" destination, ou à cause d'un détail qui ne serait pas exact).
Elle va aussi, au fur et à mesure, vous permettre de lâcher prise, de faire de plus en plus confiance à l'Univers, entre autres parce que vous lui laissez plus de liberté pour vous prouver qu'il n'est pas contre vous.

Tout ceci pourrait faire peur aux plus logiques d'entre vous. Parfois, il faut savoir sauter le pas... que risquez-vous vraiment ?

mardi 21 juillet 2015

Rien fait depuis avril ?!

Oups... Je me disais aussi que "oh, le mois prochain..."

Je vous avouerai que depuis l'ouverture d'un Leroy Merlin à 2 rues de chez moi (il est grand, fort, et à la place sur Surcouf), la recherche de matériel est tellement plus rapide, simple, et dépourvue de métro.
En résumé, les travaux dans mon appartement ont repris, merci à la voisine chez qui j'ai scié mes planches pendant qu'elle vidait son appart. (1)

En mangeant avec la-dite voisine dans un resto à ravioli Chinois (qui déchire, en passant), j'ai rencontré un prof de danse de salon - la valse est en chemin (23).

Niveau voyages, j'ai signé définitivement pour le Pérou en novembre (95), et je me suis fait un pote en Floride (ce qui me rapproche du Mexique - 4 - et du reste - 30 et 31).

Au dernier Kara-K.O., 10 mn avant de partir alors que la battle "Love songs" allait démarrer, je me suis dit : "Eh puis zut ! Take on me !". Je vais devoir la refaire, mais je crois m'en être bien sortie ! (83)

J'ai enfin trouvé une bonne kiné (90). Il paraît que j'ai un déficit du quadriceps (79). Elle est au club de plongée de mon ami d'enfance.


Beaucoup de choses se sont déloquées au solstice. Vers l'infini et au-delà !!!

mardi 7 juillet 2015

Les roses, l'amour et les épines.

Les relations amoureuses sont comme un buisson de roses. 
Vous voyez une fleur et vous la trouvez tellement magnifique que vous voulez la préserver, dans cet état pour toujours, par peur qu'elle fane. La couper ? La sécher ? La mettre dans un environnement contrôlé ? Êtes-vous sûr que la fleur aimerait ça ?

Mais les saisons changent, et vous changez. La fleur doit par nature changer, faner pour que d'autres puissent prendre sa place.

Vous pensez que dans cette image, une fleur symbolise une relation, un partenaire. Faites un pas en arrière et regardez à nouveau : tout le buisson représente votre relation actuelle, qu'il y ait un partenaire ou plusieurs, qu'elle soit récente ou ancienne. Chaque fleur est un sentiment à votre égard. Cette personne vous aime pour plusieurs raisons, alors ne vous focalisez pas sur une seule d'entre elles. Entretenez la relation dans son intégralité. De temps en temps, posez-vous et communiquez, couper les branches mortes, faites de la place pour les nouveaux bourgeons. Discutez de ce que vous attendez et construisez ENSEMBLE dans le respect équitable de vos besoins mutuels.

Et si un jour vous avez envie, que cela vous apporterait du bonheur, de cultiver des tulipes, mais que le rosier refuse en toute connaissance de cause de faire pousser des tulipes (pensez à lui demander, à ce pauvre rosier qui ne comprend pas pourquoi vous faites la tête), alors allez cultiver des tulipes ailleurs. Pas besoin d'arracher le rosier !

lundi 27 avril 2015

Les autres avantages à toucher le RSA

Suite de la saga.

J'ai donc droit au RSA.
J'ai droit au socle (452€) moins le chèque de ma Mamie (ils ne l'avaient pas pris en compte à la base, donc je dois maintenant rembourser 900€ par mensualités de 48€...).

Le simple fait d'avoir cette attestation me permet cependant des économies majeures :
- ouverture de droits à l'allocation logement (APL : 291€)
- transports gratuits (NAVIGO 5 zones : plus de 70€) sue SolidaritéTransport.com
- aide à la mutuelle santé (200€ / an)
- musées gratuits
- diverses réductions pour la culture

Comme je suis chef d'entreprise, je n'ai pas à justifier la recherche d'un emploi.

Dans le prochain épisode : doit-on déclarer les héritages à la CAF ?

jeudi 23 avril 2015

Eloges pas trop funèbres

Aujourd'hui, comme je l'ai fait plusieurs fois depuis dimanche dernier, tant ce chenapan aura fait durer le suspens, je dis adieu à une présence, à la source de joie et d’amour qu'est mon grand-père.
Je me sens triste, et c'est normal.

Mon autre grand-mère, ma marraine, mon autre grand-père, mon parrain...
Toutes ces personnes sont déjà parties, mais c'est la première fois que j'ai la chance (oui, la chance) d’être là, présente et surtout entourée, dans cette étape ordinaire de la vie.

Je sais maintenant que, quand la vie s’arrête, tout le monde se sent triste, peu importe le degré, la raison profonde ou la manière de l'exprimer.
Si vous avez besoin de pleurer, pleures la disparition, l'absence, pleurez en pensant à lui... mais ne pleurez pas en pensant à ceux qui restent ; ne soyez pas tristes pour nous.

Car aujourd'hui, nous avons plutôt besoin que vous nous aidiez à nous souvenir, comme vous avez déjà commencé à le faire, et je vous en remercie.
Que vous soyez une présence, une source de joie ou d’amour,pour nous rappeler à chaque instant que, même quand la vie s’arrête, la Vie continue, et elle est belle.